Voyage, voyage…

Récits de nos aventures en camping-car !

Archive pour la catégorie '> Lubéron(2)'

Gordes et le Village des Bories

Posté : 22 mars, 2010 @ 10:32 dans > Lubéron(2) | 1 commentaire »

Nous nous dirigeons ensuite vers le joli village de Gordes, classé parmi les plus Beaux villages de France, que l’on découvre au détour d’un virage, perché sur son piton rocheux. Un superbe château se dresse en son coeur.

L’origine de Gordes est liée au peuple celte des Vordenses qui érigèrent un oppidum défensif pour Cavaillon au sommet du roc où se trouve actuellement le village. Le nom de Gordes viendrait de Vordense qui se transforma en Gordenses puis Gordae et enfin Gordes.

Nous trouvons une aire pour camping-car à l’entrée du village, derrière la gendarmerie. Il s’agit d’un grand parking goudronné en forte pente, où les camping-cars sont garés en rang d’oignons: pratique pour aller visiter le village à pied, mais pas très agréable pour y passer la nuit. 

villagegordes.jpg

photo du village de Gordes issue de www.luberonweb.com/luberon/Gordes/

Après la visite du village et de son charmant petit marché nous poursuivons notre route jusqu’au Village des Bories, ces curieuses constructions arrondies en pierres sèches. 

Nous nous dirigeons vers le parking obligatoire pour autocars et camping-cars: mais l’entrée du Village-musée se trouvant à d’1,7 km, il nous faut les parcourir à pied ! L’entrée de ce village est payante et la visite non guidée dure environ 30 mn.

Classé monument historique depuis 1977, ce village offre un témoignage inestimable du mode de vie en Provence, depuis les temps reculés jusqu’à nos jours.

 villagesboriesgordes.jpg

Cette vue du village est issue de www.pierreseche.com/recension_12.html

Le mot « Borie », d’origine provençale, vient du latin « boaria » – étable à boeuf -, signifiant une cahute.

Le village des Bories, unique en son genre, se compose de sept groupes de cabanons, construits par le savant empilage de pierres sèches non jointées avec une voûte en encorbellement et ayant chacun une fonction bien précise: habitation, étables, bergeries, granges, greniers, magnaneries et fournils, cuves et fouloirs, poulaillers, soues et chevrières.

img1904d.jpg

img1905d.jpg

img1906d.jpg

img1909d.jpg

img1912d.jpg

img1910d.jpg

 

◊  A suivre  ◊ 

Fontaine-de-Vaucluse

Posté : 22 mars, 2010 @ 10:30 dans > Lubéron(2) | Pas de commentaires »

Nous mettons ensuite le cap direction la Fontaine-de-Vaucluse.

Nous garons notre camping-car sur l’immense aire installée un peu avant l’entrée du village le long de la rivière.

Au bout d’une profonde gorge verdoyante, au pied d’une formidable falaise sculptée par l’érosion, jaillit la plus belle rivière du département : la Sorgue de Vaucluse, à quelques centaines de mètres du pittoresque village auquel la vallée (Vallis clausa – Vallée close – Vaucluse) a donné son nom.

img1986d.jpg

img1989d.jpg
Les eaux qui bondissent à Fontaine de Vaucluse proviennent de l’infiltration des eaux de pluie et de la fonte des neiges du sud du Mont Ventoux, des Monts de Vaucluse et de la Montagne de Lure dont l’unique issue demeure la Fontaine. Elles résultent de l’émergence d’un immense réseau souterrain.

img1988d.jpg

 

img1992d.jpg

 

img1993d.jpg
Le secret de la source:

img1995d.jpg
Parti pour faire danser les filles de l’Isle sur la Sorgue, le vieux ménetrier Basile s’endormit à l’ombre un chaud jour, sur le chemin de Vaucluse. Apparut une nymphe qui, belle comme l’onde claire, prit la main du dormeur et le conduisit au bord de la vasque où s’épanouit la Sorgue. Devant eux, l’eau s’entrouvrit et les laissa descendre entre deux murailles de liquide cristal au fond du gouffre. Après une longue course souterraine, la nymphe, au milieu d’une souriante prairie semée de fleurs surnaturelles, arrêta le ménétrier devant 7 gros diamants. Soulevant l’un deux, elle fit jaillir un puissant jet d’eau. Voilà, dit elle, le secret de la source dont je suis la gardienne pour la gonfler je retire les diamants, au septième, l’eau atteint « le figuier qui ne boit qu’une fois l’an » et elle disparut en réveillant Basile.

Avec un écoulement total moyen de 630 millions de m3 par an, cette source est la première d’Europe, et une des plus importantes au niveau mondial, par son volume d’eau écoulé. Source fraîche et paisible en hiver et en été, bouillonnante et impétueuse au printemps et en automne, la Fontaine, véritable caprice de la nature ne cesse  d’étonner.
img1994d.jpg

img1987d.jpg

img1998d.jpg

img1997d.jpg

Les eaux de la Sorgue ont été longtemps utilisées pour faire tourner des moulins (à papier, à farine, à garance), des filatures. La fabrication du papier a été une activité majeure et prospère à Fontaine de Vaucluse, jusqu’au milieu du XX° siècle. Le Moulin à Papier, dans la Galerie Vallis Clausa, rend hommage à cet artisanat spécifique en fabriquant le papier à la main comme au XV° siècle.

img1999d.jpg

img2001d.jpg

img2004d.jpg

img2005d.jpg

img2002d.jpg

img2003d.jpg

 

◊  A suivre  ◊   

Isle-sur-la-Sorgue

Posté : 22 mars, 2010 @ 10:05 dans > Lubéron(2) | Pas de commentaires »

Notre périple dans le Lubéron se termine à L’Isle-sur-la-Sorgue.

L’Isle-sur-la-Sorgue était à l’origine une cité de pêcheurs née des eaux de la rivière. Il s’agissait d’une véritable île au milieu des marécages, peu à peu asséchés par le creusement de canaux. Ces nombreux canaux qui la ceinturent ou la parcourent ont permis de lui octroyer le surnom de « Venise comtadine ».

img2017d.jpg

img2020d.jpg

L’eau verte, limpide de la Sorgue transforme la ville en une véritable oasis au milieu d’une terre de soleil, celle de la Provence. Elle ajoute une connotation poétique et apaisante au cadre de vie. Intégrée parfaitement dans le tissu urbain en s’insinuant entre les maisons par des petits canaux, la Sorgue dispense sa fraîcheur (entre 11°C et 13°C toute l’ année) alors que le soleil étouffe les terres alentours …
img2019d.jpg

Deux fois par an, L’Isle-sur-la-Sorgue devient la capitale Européenne de la brocante et de l’Antiquité à l’occasion des foires de Pâques et du 15 août qui réunissent plus de huit cents exposants et attirent des dizaines de milliers de chineurs venus de France mais également de l’étranger.

 

◊  Fin 

 

les petits marcheurs |
Visages d'un Monde |
camping la girelle collioure |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | De Nice au Cap Nord
| LA BLANCHERIE en CORREZE (19)
| ma petite vie à l'autre bou...